ULTIMES précisions !

Mise à jour au 1er décembre 2019 : pertes allemandes = 8 morts.

- 4 jeunes recrues du 91. Flieger Regiment de la Luftwaffe.
- 1 sous-officier du "régiment BLUHME".

- 2 HJ (jeunesses hitlériennes).

- 1 cadre du NSDAP ou Politischer Leiter.


La mise à jour des premiers documents allemands d'époque (5 originaux de septembre 1944) permet d'affiner la connaissance de la journée du 4 septembre. Bien entendu il s'agit de rapports rédigés dans un ton bureaucratique propre à satisfaire la hiérarchie nazie et nous ne prendrons pas pour argent comptant les exploits invérifiables et actes de bravoure revendiqués qu'ils contiennent.

Il est question des "Incidents (Vorkomnisse) dans le secteur de Baccarat-Neufmaisons-Veney-Vacqueville" et non d'une quelconque bataille.

Un rapport intéressant est présenté par la cantinière (BDM) ZIPF, capturée le matin. 

Nous apprenons que Raymund PROBST, chef de l'équipe HJ arraisonnée après les cantinières a réussi à s'échapper grâce à son fusil de petit calibre (type 22 LR). Il est devenu après-guerre un architecte renommé.

Le détachement de la Luftwaffe était commandé par le Leutnant (sous-lieutenant) HARTLIEB. Ce grade correspond à un chef de section, éventuellement chef de compagnie en temps de guerre, ce qui contredit la version d'un assaut mené par des milliers de soldats fanatisés ... et confirme l'impression d'Oscar GERARD : les assaillants ne devaient pas être bien plus d'une centaine.

Vu du côté allemand, Viombois est avant tout une opération de sauvetage pour récupérer cantinières et HJ prisonniers du maquis. La haute hiérarchie qui avait envoyé le train de jeunes en gare de Vacqueville n'avait pas pris contact avec les autorités allemandes locales (SD ...) et aucune protection n'avait été prévue, comme le confirme ... le chef de Kommando E WENGER !


Concernant le régiment BLUHME, du nom de son chef de corps, il s'agit du Infanterie Regiment A/V (comprendre régiment A de la circonscription militaire V) dont le seul 2ème bataillon est envoyé dans le secteur. C'est une unité montée avec une ossature de convalescents complétée de jeunes et d'ex-réformés ... bref, les "fonds de tiroirs" du Reich. Les papiers et la photo du sergent Hermann PIEPER ont été envoyés à Vincennes par un cadre du maquis qui précise qu'ils appartenaient à un "SS tué à Viombois". Point de SS, mais probablement un (le seul ?) Allemand tué en début d'après-midi et appartenant à la patrouille mal identifiée et aventurée par hasard (cf F STAFFLER) devant Viombois. Ce soldat a été inhumé à Montigny puis transféré à Andilly.


Le cas des 4 soldats du 91. Flieger Regiment tués le 4 septembre et inhumés primitivement à Badonviller est évoqué longuement dans notre ouvrage.