Cartographie :

Rien de plus pénible à suivre qu'un récit d'opérations militaires dans lequel se succèdent des noms de lieux totalement inconnus !

Rien de plus frustrant que de lire un ouvrage dont la cartographie noir et blanc déficiente s'apparente à de vagues squelettes rappelant les épreuves du BEPC de naguère. 

Cela ne vous est jamais arrivé ?

Et puis, comment disposer à la fois du texte imprimé et de la carte renseignée ? 

Tout simplement avec cet onglet carto ! 

Principaux sites occupés par le GMA Vosges

Nous avons décidé de proposer comme support des cartes d'époques. Ces documents auraient pu se trouver dans les mains des protagonistes ! Vous n'y retrouverez donc ni le plan d'eau de Pierre-Percée ni lignes électriques haute-tension ...

Carte régionale

Le premier support utilisé est une carte "type Michelin" éditée en janvier 1940 pour la Wehrmacht et distribuée sous pochette militaire aux commandants d'unités en prévision de la campagne à venir.

Légende :

  1. Le "nid d'Aigle" de la Chapelotte
  2. Le camp de la cote 722
  3. Le camp des Petites Moises
  4. Le camp du Col des Herrins
  5. Le camp de la Roche de Vohné
  6. Le camp de La Pile
  7. La forêt des Reclos
  8. La ferme de Viombois
  9. Le Ban de Sapt et Moussey

PC : de la Basse Jolie (La Neuveville), de La Baraque (Veney) et de Grendelbruch

R : station de radar Dingo

C : camps allemands de Schirmeck (BdS Alsace) et du Struthof (SS)

* : terrains de parachutage principaux, Anatomie et Pédale

En rouge : localisation d'unités allemandes (SD, Grenzschutz ...) début septembre 1944.


Carte détaillée dite "d'état-major"

modèle 14-18, comme on en trouvait dans les greniers de la région ...

La journée du 4 septembre 1944

Viombois reconstitué sur la carte crayonnée par un capitaine d'artillerie allemand "de 1940" (ce qui n'a rien à voir).

La suite de la journée ... est dans le livre !

La journée du 4 septembre vue par un témoin

2 plans tirés de son livre avec l'accord d'Oscar GERARD alias soldat MAS

Oscar GERARD, acteur de la journée du 4 septembre, nous a livré un témoignage incomparable, édité par ses soins : De Viombois à Berchtesgaden. La dernière édition, la plus éboutie, est disponible directement chez l'auteur.

Cet ouvrage, 100% complémentaire de l'enquête Ecritures, mythe et Histoire, est un témoignage de toute première main, non "caviardé" et sans "tirage de couverture". Il est présenté avec de nombreuses reproductions de photos et documents d'époque.

Toutes les impressions d'Oscar GERARD se sont retrouvées confirmées !

  • " Personnellement, je n'ai vu aucun cadavre d'Allemand, à peine quelques ombres bouger à une quinzaine de mètres. "
  • " Ils ne devaient pas être nombreux, guère plus que nous et pas très expérimentés ! "
  • " Comment voulez-vous faire tenir 3000 Allemands sur 100 mètres de front ? 30 par mètre ? "
Ajoutons que pendant des années, Oscar GERARD réentendait les suppliques des mourants du 4 septembre. Régulièrement interpellé par ces douloureux souvenirs, ces cris désespérés l'ont motivé et soutenu lors de son travail d'écriture. Pourtant, ce témoignage honnête, trop peu résistancialiste, a trouvé un accueil très mitigé, parfois même hostile.